Books

Nestor Burma, Tome 11 : L'homme au sang bleu

Nestor Burma Tome L homme au sang bleu Quand un aristo de province lui propose une simple surveillance Burma n h site pas et saute dans le premier train Faut dire que monsieur le comte r side Cannes et qu en cette fin d t voil une m

  • Title: Nestor Burma, Tome 11 : L'homme au sang bleu
  • Author: Jacques Tardi
  • ISBN: 2203122161
  • Page: 236
  • Format: album
  • Quand un aristo de province lui propose une simple surveillance, Burma n h site pas et saute dans le premier train Faut dire que monsieur le comte r side Cannes et qu en cette fin d t 1946, voil une mission qui fleure bon le farniente Une enqu te du d tective de choc sur la C te d Azur.

    • [PDF] ↠ Free Read ✓ Nestor Burma, Tome 11 : L'homme au sang bleu : by Jacques Tardi Ç
      236 Jacques Tardi
    • thumbnail Title: [PDF] ↠ Free Read ✓ Nestor Burma, Tome 11 : L'homme au sang bleu : by Jacques Tardi Ç
      Posted by:Jacques Tardi
      Published :2019-06-11T04:18:16+00:00

    About "Jacques Tardi"

    1. Jacques Tardi

      Jacques Tardi Is a well-known author, some of his books are a fascination for readers like in the Nestor Burma, Tome 11 : L'homme au sang bleu book, this is one of the most wanted Jacques Tardi author readers around the world.

    427 Comments

    1. Le roman de Malet n'est pas un modèle du genre. Ici, on est loin des passionnants "120 rue de la gare" ou autres "Brouillard". L'action est brouillonne, confuse avec des personnages qui apparaissent soudain au détour d'un paragraphe, comme si Malet n'avait pas vraiment tout planifié. Il fait quelques tentatives pour pimenter une histoire bien embrumée et nous berner avec des fausses pistes, même "Dynamite" Burma tombe dedans, mais ça ne permet pas de réveiller le lecteur. C'est dommage pa [...]


    2. C’est à Cannes que ce déroule cet opus des aventures du détective Nestor Burma de l’agence Fiat Lux. Il est mandaté pour une affaire relativement simple qui va s’avérer finalement plus compliquée. D’une filature, cela devient des suicides et des morts à la pelle. Il y a en plus, une histoire de coke, d’opium, de faux billets et de filles de cabarets. En bref une bien belle histoire comme Leo Mallet nous as habitué et un Emmanuel Moynot qui nous rappelle les dessins de Tardi, no [...]


    3. Certes le roman d'où est tiré cette histoire est loin d'être le meilleur de la série ( pourquoi avoir choisi celui-là? ). Certes le style de dessin de Moynot est plus "jeté sur le papier" que celui de Tardi ou de Barral. Certes toutes les critiques sont justes et font mouche mais Quel plaisir de lire une nouvelle aventure dessinée de Nestor Burma, à dévorer sans s'arrêter Finalement, c'est tout ce qui compte, n'est-ce-pas ?


    4. Oui,bien sûr,on aime ou on n'aime pas le dessin de MoynotMais pour un amateur de Tardi,et bien,ce dessin n'est vraiment pas beau.Un mot me vient immédiatement à l'esprit : "Baclé",même si ce n'est sûrement pas celaTout est approximatif,visages,décorsTout est mocheL'ensemble baigne dans une laideur incroyableImpossible pour moi de m'intéresser à cette histoire,et de m'attacher à un quelconque personnage,tant le flou règneEt pourtant,je l'aime,Nestor,puisque j'ai dévoré en son temps l [...]


    5. Pas simple à première vue, ce récit exige pratiquement d'être lu d'une traite, sous peine de ne rien comprendre à la reprise après une interruption. On est même souvent contraint à des retours en arrière, nombreux, pour confronter ce que l'on sait sur les personnages. Mais globalement, ça tient étonnamment la route pour peu qu'on s'immerge réellement.A ce moment-là, une deuxième lecture globale nous met parfaitement dans le ton avec réception des détails, nombreux.Ah oui, le dess [...]


    6. Que c’est compliqué! Le premier Nestor Burma que j’ai eu du mal à finir L’intrigue complexe n’a pas réussi à me captiver comme avec les autres albums que j’arrivais à lire deux fois de suite! Là tout se mélange et le final fait l’effet d’un pétard mouillé le dessin n’est pas très soigné au sens propre, on a l’impression parfois qu’il fallait dessiner pour dessiner mais pas pour (se) faire plaisir Dommage je suis fan de cette série mais rien n’est perdu, je lirai [...]


    7. Référence cannoise oblige, la couverture de cette onzième adaptation BD d'une enquête de Nestor Burma éclate, contrairement aux précédentes, de couleurs vives. L'intrigue du roman de Malet, riche en péripéties, est fidèlement suivie par Moynot, qui cependant en déplace la date en septembre 1946, époque du premier festival de Cannes - couleur locale L'homme au sang bleu en question, suicidé dès la planche 5, n'est pas le principal acteur de l'histoire. On aime ou on n'aime pas le de [...]


    Leave a Comment